I'M WEBDESIGNER

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

27 juin 2011

Flash Actu : 2ème Google Dance 2011 et Page Rank actualisé

Une nouvelle Google Dance ce lundi 27 juin fait évoluer la célèbre barre verte Google.


Le Page Rank bouge donc à nouveau après la mise à jour de Janvier. De quoi nous faire patienter en attendant l'arrivée en France du nouvel algorithme Google Panda dans quelques jours !

5 juin 2011

+1 Google : 20 points essentiels

 Ce billet est une interprétation libre et nécessaire de l'article de Chris Crum paru sur WebProNews.

  • Le bouton + 1 aura une influence dans le classement des résultats. David Byttow, l'ingénieur en charge du projet +1 chez Google déclare : "Nous allons commencer à utiliser +1 comme un signal pour déterminer la pertinence d'une page et affiner son impact sur la qualité des recherches." [ndlr : hum hum]

  • Lors des recherches et lorsque les utilisateurs sont connectés à leur compte Google, les résultats peuvent être signalés avec le nom des amis qui ont apprécié la page. Et si aucune des connexions de l'utilisateur n'a cliqué sur +1, Google peut afficher le nombre total de +1 reçu par la page.

  • Google explique qu'en cliquant sur ​​le bouton, vous "recommandez" cette page aux autres utilisateurs. [ndlr : merci pour ce conseil avisé]

  • Le bouton +1 possède des similitudes avec Google Buzz. +1 ne permet pas de commentaires, du moins pas encore, car la fonctionnalité Buzz pourrait arriver par la suite.

  • Les mentions +1 sont publiques par défaut. Google peut les montrer à tout utilisateur connecté. Les utilisateurs peuvent cependant choisir de ne pas les afficher publiquement.

  • Il existe différentes tailles et styles sur le bouton et il peut même être customisé. Si vous souhaitez obtenir plus d'infos, lisez la documentation de l'API (http://code.google.com/intl/fr/apis/+1button/).

  • Google suggère d'utiliser le bouton en haut de page et à proximité des boutons de partage et des liens sociaux. [ndlr : encore un précieux conseil]

  • En plaçant la balise <script> en bas du document, juste avant la balise de fermeture du <body>, Google indique que vous pouvez améliorer la vitesse de chargement de la page, facteur pris en compte dans l'algorithme. [ndlr : nos tests démontrent que +1 ralentit le temps de chargement des pages !!]

  • +1 ne fonctionne pas avec une adresse URL privée. Plusieurs boutons peuvent également être installés sur la même page.
  • Bien que tout le monde puisse voir les annotations globales, les utilisateurs peuvent également voir les annotations personnalisées dans leurs comptes Gmail, Google Talk, Google Contacts, Google Reader et Google Buzz.

  • Le bouton est traduit dans 44 langues, bien que les annotations apparaissent uniquement sur le marché anglophone pour l'instant.

  • Le bouton va être déployé dans Android Market, Blogger, Google Product Search, YouTube...

  • De nombreux sites ont déjà remplacé le bouton Google Buzz par le bouton +1.

  • Si vous êtes connecté à votre compte, Google va vous montrer les annotations de vos contacts dans les résultats de recherche YouTube.

  • Google dit : "+1 va engendrer un trafic de plus en plus qualifié vers votre site." [ndlr : LOL]

  • Le bouton +1 apparaît à côté du titre dans les SERPs. Les annotations personnalisées apparaîtront sous l'URL.

  • Les webmasters peuvent obtenir des mises à jour sur le bouton en se joignant à ce groupe.

  • Google a mis en place une politique stricte pour les éditeurs afin de régir l'utilisation de la touche +1. [ndlr : LOLILOL]

  • Le bouton +1 n'est pas encore disponible sur les résultats de recherche mobile.


Si vous voulez ajouter le bouton +1 à votre site, vous pouvez l'obtenir en cliquant ici.

Astuce pour suivre le nombre de clics sur le bouton +1 dans Google Analytics : .

Et en bonus un exemple de détournement du bouton +1 via le ClickJacking !

Pour télécharger un pack de 10 superbes boutons (icônes) +1 Google, c'est chez Icon Shock !


Notre avis : L'objectif de Google de lutte contre le spam, de recherche de qualité et d'orientation sociale va favoriser l'émergence de techniques de référencement innovantes. Merci Google, merci +1.

23 mai 2011

Sexy Engine Optimization

Nous avons eu le plaisir de dialoguer avec la délicieuse SEO Factory Girl pour une interview débridée.

Bonjour Stéphanie, en guise de mise en bouche, effeuillons ton parcours en quelques mots...

J'ai su très tôt que j'aimais ça et que je voulais travailler dans ce milieu. Je cumulais en effet des atouts indéniables pour me démarquer et réussir : un profil 100% littéraire, jamais allumé un ordinateur avant l'âge de 20 ans, une passion presque dévorante pour le spider solitaire...bref, une geek.

Avec de telles prédispositions, je ne pouvais évidemment que cartonner ; c'est avec une petite expérience en rédaction et ma caramalette pour seul bagage que je me suis donc jetée à corps perdu dans l'aventure du Web, en 2005. Après un flirt très bref et très chaste avec AOL, j'ai atterri dans les bras -alors forts et puissants- de Yahoo! (Y!SM puis Search). Une belle histoire d'amour qui a duré 3 ans et qui m'a beaucoup apportée, sur le plan professionnel comme sur le plan humain.

C'est donc la mort dans l'âme que j'ai du y mettre fin, mais les roucoulades avec Microsoft devenaient trop fréquentes, c'était devenu carrément insupportable (on a sa fierté, quand même !) ; j'ai noyé quelques temps mon chagrin auprès d'agences de Com et découvert de nouveaux horizons, puis j'ai repris définitivement ma liberté en 2011 pour me consacrer exclusivement au référencement, comme freelance.


Le design de ton blog SEO Factory Girl est à ton image, glamour et sensuel, ça fonctionne pour séduire Google ?

Ça fonctionne même très bien, et sans efforts particuliers (je n'y peux vraiment rien si mon fond et ma forme sont tous les deux irrésistibles). Mais ne croyez pas pour autant que j'ai la victoire facile : Bing s'est également laissé prendre dans mes filets très vite, en se montrant particulièrement généreux les premiers temps ; mais en ce moment il me boude un peu, il a l'impression de se faire manipuler le bougre (et qui pourrait le blâmer ?). Quant à Yahoo!, je l'ai toujours mené à la baguette, mais ça fait longtemps qu'il n'a plus toute sa tête le pauvre (depuis que je l'ai quitté, le malheureux n'est clairement plus lui même). 


En fait, tu mènes une double vie. Le jour, tu est la fille du référencement bien sous tous rapports mais quand vient la nuit, les démons du Black Hat prennent possession de ton corps. Tu utilises alors tes charmes et des sex-toys aux noms étranges tels Xrumer, Senuke X et Fuck Submitter pour dominer les SERP's.

On vous aura mal renseigné cher ami : j'aime le White Hat expert, le vrai, celui qui prend le temps de comprendre mes besoins et de faire décoller mes positions ; celui qui met du coeur à l'ouvrage et qui sait se servir de ses mains ; un White qui ne me laissera pas tomber à la première update Google venue ; bref, un White solide, sur qui on peut compter aujourd'hui comme demain. Un besogneux sûr de ses aptitudes à me faire ranker, quoi.

Je ne refuse pas pour autant un petit coup de Scrapebox de temps à autre pour ranker plus vite, mais jamais avec mes clients -ou alors toujours d'une main très délicate.

Certains diront que cette vision du référencement est trop romantique, mais c'est certainement parce qu'ils s'y prennent mal. Pour moi, le plaisir est incomparable.


Brigitte Bardot du SEO, tu es sensible à la protection des animaux, ton avis sur le Panda.

Je pense que je n'en peux plus de l'attendre ! Je ne m'en fais pas particulièrement, mais comme tout le monde j'aimerai bien savoir sur quel pied danser pour mes prospects les plus à risque (ça m'étonnerait que l'excuse « c'est pas moi c'est l'algo » fonctionne très bien, même si ça fait partie du jeu). Pour en savoir plus, vous pouvez toujours consulter mon article « Le coup du Panda » sur Factory.

Avec tes yeux de biche, quel regard portes-tu sur l'évolution du métier de référenceur. Des expériences innovantes à nous suggérer, des petits secrets à nous susurrer à l'oreille...

Le métier évolue en permanence, et tend forcément à se complexifier (aussi bien au niveau des taches que de la diversité de ces tâches). C'est une bonne chose car cela nous rend de plus en plus incontournables et ça crédibilise davantage la profession, qui en a encore bien besoin à mon sens.

Dans cette optique, je trouve la démocratisation des pratiques Black Hat assez dommageable -n'y voyez aucune attaque à l'encontre des BH, ils en faut de toute façon, mais n'est pas BH qui veut.

Quoi qu'il en soit, les référenceurs ont clairement de beaux jours devant eux, et l'arrivée de Bing dans la partie devrait rendre le jeu encore plus intéressant dans les années à venir (en tout cas je l'espère).

Question expérience innovante, au risque de me faire jeter des pierres j'aime à vanter les mérites d'un site bien conçu et d'un joli contenu bien optimisé avant toute chose. Je sais qu'on vit dans l'ère du lien-tout-puissant, mais franchement, c'est 75% du travail dans bien des cas. Pas très innovant vous me direz, mais dans le contexte actuel dire que le contenu est roi, c'est carrément avant-gardiste (aiiie !!! Qui c'est qui vient de me lancer un caillou ??!)

Quant à mes petits secrets...J'en ai quelques-uns forcément, mais pour les connaître il  faut me faire boire.


Pour conclure, nous te laissons carte blanche pour te dévoiler, te mettre à nu...

Je suis beaucoup plus prude que ce que vous vous imaginez...

Mon Twitter

La page Facebook

29 avril 2011

Laurent Bourrelly, le hardeur du SEO !

Le SEO se démocratise en France et nous avons eu le plaisir d'échanger avec Laurent Bourrelly, la rockstar du référencement, pour une interview sans concession !

 

+ Laurent, peux-tu te présenter ton activité en quelques mots : ton parcours, ta société, depuis quand exerces-tu...

Je me positionne en tant que consultant en référencement; c'est-à-dire que mon rôle se situe strictement comme conseil pour les entreprises et organisations qui souhaitent performer en référencement naturel.

Le choix de faire uniquement du conseil tient au fait que je bosse aussi sur mes propres synergies Web. Etre efficace sur le plan opérationnel pour les autres et pour moi-même ne serait pas viable. En général, je peux m'impliquer seulement pour un ou deux clients par an en actionnant moi-même les leviers.

Mon parcours est assez atypique comme la plupart des professionnels du Web. J'ai grandi en France, mais j'ai eu la chance de faire mes études supérieures dans une université américaine (1990 - 1994). Mon cursus était Sciences Politiques. Ensuite, j'ai travaillé à New York dans la communication et le marketing; jusqu'en 1997 où un douanier m'a empêché de rentrer dans le pays puisque ça faisait deux années que je vivais sur place sans visa. Comme beaucoup, je faisais des allers retours tous les 3 mois sur un visa de tourisme.

Pourtant, Internet était dans mon collimateur depuis toujours. Je disposais d'un accès au réseau pendant mes études et j'ai eu une  connexion Internet dès 1994. Le médian me fascinait et j'entrevoyais d'énormes possibilités, mais je pense aussi qu'il ne faut pas être en avance ni en retard dans le business. Du coup, j'étais occupé à d'autres choses tout autant fascinantes en attendant d'être pile à l'heure. Ca me semble même assez étrange de voir certains qui sont dans le business depuis la fin des années 90.

En 2003, l'oncle de ma femme me demande si je peux construire le site Web de son agence immobilière. Faut dire que j'avais la réputation d'un techos passionné d'informatique (aujourd'hui, je possède une collection de plus de 50 ordinateurs vintage - surtout Apple). Je n'avais jamais réalisé de site, mais j'ai appris sur le tas et ensuite tout s'est enchaîné très vite. Pendant quelques mois, j'ai fait des sites Web pour des clients, puis est arrivé le concours de référencement historique "mangeur de cigogne".

Ce n'est pas réellement ma 3ème place qui fût la révélation, mais plutôt les étroites amitiés tissées pendant le concours et un autre aspect plus irrationnel. Pendant les 3 mois du concours, nous étions quelques uns à se réunir chaque nuit, au moment où Google effectuait son refresh sur tous ses datacenters pour calculer le positionnement du lendemain. Nous faisions nos actions la journée, pour monter ou faire tomber les autres, puis nous auscultions les effets la nuit. Après 3 mois de ce traitement, il se passe quelque chose d'assez surnaturel puisque tu t'imprègnes de l'algorithme. Sans avoir besoin de mettre à plat la formule mathématique, tu arrives à comprendre les mécanismes et surtout anticiper les attentes du moteur. Par dessus tout, tu arrives à assimiler l'indispensable ligne jaune qui détermine la limite entre des actions qui seront assez puissantes pour engendrer un effet positif, tout en appréhendant lorsque tu "pousses" trop loin.


+ Tel le JL Mélanchon de la sphère SEO, tes prises de position sans concession sont entrées dans la légende ! C'est une marque de fabrique ?

Je ne sais pas si c'est une marque de fabrique, mais c'est naturel. Ce qui n'est pas forcément le cas pour une personnalité politique...

Parfois, c'est un peu Don Quichotte contre les moulins à vent, mais j'ai sans doute l'envie de faire passer un message lorsque je vois quelque chose qui ne tourne pas rond. Sinon, je sais aussi changer d'avis lorsqu'on arrive à me persuader. Cela aussi fait partie de ma manière de fonctionner; ne jamais être arrêté sur des acquis.


+ Tu ne supportes pas les techniques BH (Basse Hypocrisie) de certaines agences et le double discours de certains de tes confrères ?

Voilà tu as tout compris! Les pratiques bordelines ne me posent pas de problème, mais les hypocrites qui annoncent blanc par devant pour dire noir par derrière.

Le référencement n'est pas du tout le seul secteur où la langue de bois et l'hypocrisie sont monnaie courante, mais j'ose m'offusquer puisque c'est ma juridiction.

A une époque, je partais en croisade contre tous les maux de notre société, notamment au travers de mon blog Adicie.com, mais il suffit de regarder la date du dernier billet posté pour comprendre que j'arrête de me prendre la tête avec tout ce qui me dérange.


+ Hardeur du SEO, tu prônes l'utilisation des pilules bleues et le dopage pour booster les sites internet ! Black Hat forever ?

Prendre la pilule bleue en toute connaissance de la notice d'utilisation et des contre-indications. C'est marrant qu'on m'assimile au Black Hat car je ne me revendique pas du côté obscur de La Force.

En fait, je ne me retrouve plus trop dans la nouvelle génération qui se contente de savoir configurer un Xrumer ou LFE. Le spirit hacker d'antan est plus mon leitmotiv que spammer à tout va pour le simple objectif de générer du chiffre d'affaires.


+ Que réponds-tu à un prospect qui souhaite être positionné en première page de Google sur un mot clé ultra-concurrentiel avec un budget de 5000 € ?

Que je peux lui montrer comment faire pour cette somme, mais il va falloir qu'il s'attelle au boulot lui-même.

Tout ce que je peux faire en tant que consultant est de montrer comme éviter les chemins de traverses pour suivre la stratégie la plus limpide qui soit afin d'arriver à des objectifs performants et pérennes. On peut déjà bosser ensemble pour moins de la moitié de cette somme. J'ai mis en place certaines prestations qui permettent de faire le tour de la question pour une somme tout à fait raisonnable.

Bien sûr, ce n'est qu'un premier round, mais c'est suffisant pour arriver à ses objectifs principaux. Ensuite, on peut toujours continuer pour franchir des paliers supplémentaires. Si tu veux que je mette la main à la pâte pour toi, il faut clairement ajouter au minimum un zéro. Pareil s'il faut s'atteler à produire des audits écrits et autres documents qui prennent du temps à rédiger.

Finalement, je reste très bon marché puisque j'habite en Andorre où je n'ai pas les mêmes charges que vous autres français. En plus, une heure de conseil est véritablement remplie d'éléments concrets qui vont faire la différence. Même si je prends comme tarif de base 150€ de l'heure, on peut voir tout ce qu'il faut en une dizaine d'heures.


+ Qui sont tes clients ? as-tu vécu des situations ubuesques ? des anecdotes à nous faire partager ?

Ce qui me fait continuer à prendre le rôle de consultant, plutôt que m'occuper uniquement de mes propres sites, se rapporte à la variété de projets que j'ai approché.

Par exemple, en sous-traitant pour des agences, j'accèdes à des gros players du Web, des sociétés du CAC 40 ou des administrations, etc. Il y a tout un processus dans lequel je représente uniquement un petit maillon, mais c'est assez Kafkaïen ou ubuesque de voir passer 10 PowerPoint et 50 validations par 20 personnes différentes pour changer une balise TITLE. La valeur ajoutée existe pour ce type de clients, mais l'échelle des valeurs n'est pas la même que pour le commun des sites Web commerciaux.

Le client que je gère en direct sera plutôt un pure player, une PME ou même un individuel. La relation est beaucoup plus proche et on fait un bout de route ensemble pendant plus longtemps.

+ Que penses-tu de la décision de Google de modifier ses algorithmes pour l'Europe en réponse à l’enquête anti-trust (position dominante) de l’UE ?

Il me semble que les propos d'Eric Schmidt ont été pris hors du contexte dans ce cas précis. Google considère changer son algorithme, mais n'aurait pas pris la décision.

Puis en fait, si jamais le moteur modifie effectivement quelque chose, il ne dévoilera jamais en quoi ces modifications consistent précisément.

Globalement, on ne peut que subir ces évolutions. C'est la loi du capitalisme comme l'évoque Julien dans son billet sur Panda.


+ Le mot de la fin...

Faut pas voir les choses comme ça, mais plutôt comme le mot du début. Tu sais, le truc du verre à moitié plein, blabla...

Tes questions étaient vraiment sympathiques. Merci d'avoir pensé à moi pour bafouiller chez toi.

Mon Twitter

20 janvier 2011

Flash actu : PageRank mis à jour !

Le célébre Page Rank (PR Google) à été mis à jour ce jeudi 20 janvier 2011.

La dernière Google Dance datait de mars 2010 !!

Le PageRank définit un indice de popularité dans l'algorithme Google qui permet de classer les pages du Web dans les résultats de recherche de Google, notamment par l'analyse des liens (backlinks).

- page 2 de 3 -